11/09/2016

Complétude et Numération

·         Complétude de l’onde 6

J’ai décrit dans le chapitre précédent « ondes premières » la dissociation de «  l’onde 6 » comme une double hélice mettant en évidence les points-twists :

Je reprends cette double dissociation :

                 

L’onde 6 apparait ci-dessus dissociée en 4 ondes .

Ces ondes sont associées en paires , ici  représentées (  bleu+rose, et Jaune + vert)

La somme d’une paire est nulle.

Les 2 ondes de la paire existent à la fois,  elles sont « inséparables ». la paire est formée de  2 « réciproques ».

Chacune peut être parcourue dans les 2 sens.

 

·         Deux paires réciproques 

Si on trace l’axe sur sa longueur, les 4 ondes (couleur) rencontrent l’axe aux points que j’ai appelés «nombres-twists »

Ici les ondes rose et bleu rencontrent l’axe aux points 5, 11, 17, … +6…

      Les ondes jaune + vert rencontrent l’axe aux points  1,7,13,… +6…

Compte tenu de ce que nous connaissons de la réalité physique existant et dont la structure  des nombres serait le modèle préexistant, je représente une « réciprocité perpendiculaire » en m’inspirant de la réciprocité des ondes électromagnétiques ainsi que de la polarisation de la lumière (représentation analyseur et polariseur) :

 

Chacun des points de l’onde 6  sur l’axe est donc, avant dissociation, un point contenant la complétude de « réciprocité 4 » : un point « quaternion »

Ces points définiront notre numération (paragraphe suivant)

Tous ces points sont identiques et je symboliserai cette  identité  , « égalité ou réciprocité », par :

Je retrouve la simplicité du symbole qui a été guide et base de « la théorie de la réciprocité »

·         La numération 

L’unité 6 est à la base….

On la retrouve ci-dessous, au niveau supérieur… unité trine (double)…

Observons :

 

 

Le schéma est plus parlant que mes mots. Il décrit le paradoxe de l’Origine :

0=1=2  ou (1+1)

1=1+1

« Tout est paire » et l’unité est trine.

 

L’onde peut être parcourue dans les 2 sens , c’est ainsi que par une autre approche  j’avais montré que la suite des nombres est  paradoxalement une boucle fermée infinie… !

La place de  « l’origine 0 » qui est fin ou commencement est en tout point de la BOUCLE

·         Nombres premiers

Pn étant la suite des nombres premiers

Les ondes premières de période 2Pn  , centrées à partir d’un point origine, rencontrent l’axe aux points twists. (voir « le crible paradoxal »)

De la même façon que l’onde 6 se dissocie en 4 ondes qui créent les points twists,  l’onde 6 ou  onde ZERO se dissocie en formant les ondes premières.

La somme-superposition des ondes premières est l’onde ZERO

Mathématiquement pourrait-on écrire le raccourci ? :

La série de Fourier des ondes premières  est le ZERO

Zéro se décompose en série de Fourier : les nombres premiers

 

Remarque : Chacune des ondes premières est inséparable de la paire qu’elle forme avec son onde « réciproque », symétrique par rapport à l’axe.

Dans la vision de complétude on la voit donc comme « zéro » : c’est ainsi que  l’on peut dire que le nombre premier P = 0  (utilisé dans la démonstration de la conjecture de Goldbach)

Chaque ZERO est contenant de la COMPLETUDE

Tout QUANTUM est COMPLETUDE

 

·         Complétude spatiale

Toute la description ci-dessus et la vision que nous avons des nombres se fait selon un axe.

Ma position dans l’espace  et celle de tout observateur , définit un point singulier d’où s’origine une infinité d’axes répartis dans une symétrie sphérique qui permet une vision globale de la complétude spatiale...

Cette position d’observation a été pour moi  une clé  pour m’affranchir du déjà-connu mathématique (dont je ne savais plus grand-chose d’ailleurs !)

                                                                                                                                                                                        et oser rencontrer le Grand Vide  « RIEN » …du  TOUT  !  

La clé est le secret de ma BOUCLE, projection des couches sphériques….

J’ai parcouru ses niveaux vers l’origine, sans fin … puisque la fin est le commencement… et réciproquement…

J’ose maintenant la  présenter,  le résultat mathématique pouvant justifier ou faire oublier son étrangeté parfois exaltée .

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                  Suite            Secret Premier