Le SPIN

 
23/03/2012

 

                                                                                                                                  

 

 

 

 

 

Dans le tableau, produit au chapitre précédent, à partir de la structure de l’atome, les nombres se déduisent soit par addition soit par soustraction.

Les 2 opérations que j’ai représentées par des flèches peuvent se placer dans tout le tableau et s’y superposer.

Ceci peut sembler une évidence , car nous avons l’habitude de manipuler addition et soustraction.

Exemple :  si 4 + 5 = 9 , alors 9 – 4 = 5

On sait aussi que 9 – 5  = 4 , ce qui renverserait simplement les flèches noires, mais ceci ne nous permettrait pas de remonter au niveau antérieur pour trouver les colonnes–source. La soustraction n’est donc pas une évidence ! 

                                                                    

La superposition de l’addition et de la soustraction crée une boucle , et un mouvement ou sens  dans cette boucle.

On pourrait dire aussi réciproquement que le mouvement dans la boucle crée la réciprocité de l’addition et de la soustraction.

La soustraction permet de découvrir la colonne originelle, et « la mutation originelle » , source du tableau et donc de la structure de l’atome:

                                                                                              

 

On pourrait inverser le sens des flèches, et toujours 1 devient 2 , puis 2 devient 1.

Par superposition, on écrit le double sens sur la boucle :

 

 

 

                                                                                                    

 

Par ce double mouvement, s’établit « l’égalité 1=2 réversible » , par un  partage , échange mutuel

Cette structure qui lie 1 et 2 , structure originelle, se retrouve dans la matière… qui a permis son dévoilement .

C’est la vision originelle du SPIN  ou le « SPIN ORIGINE » : (Contenant à 2 positions)

 

 

La « superposition » peut se dissocier :

1.     « dédoublement » autour du 2.

J’explique au-dessous le schéma suivant :

 Chaque double sens, est somme de 2 sens opposés qui peuvent se dissocier.

On peut voir une dissociation par rotation (d’une moitié) autour d’un axe horizontal au point 2. Ainsi sont crées 2 boucles qui sont parcourues dans le même sens. (1).

Une des boucles se retourne ( la supérieure ici en bleu) : C’est le « TWIST de l’Origine » . Les 2 boucles ont un sens opposé . Elles sont vues comme dans un miroir (2).

La boucle initiale est « croisée »

Remarque : si c’est la boucle du bas (rouge) qui se retourne, la boucle initiale sera parcourue dans l’autre sens .

 

Le SPIN pourra  être représenté par la superposition des 2 sens dans la boucle croisée.

 

 

Le lien est un parfait échange entre les 2  positions, ou un retournement que j’appelle le TWIST ORIGINEL.

L’échange par le Twist crée l’égalité des 2 positions-spin, par une oscillation entre les 2..

                                                                                                               

On à l’habitude de considérer 2 électrons liés par leur spin : ils peuvent ainsi occuper les positions réciproques définies ci-dessus.

 

Si on différencie les 2 électrons , le spin des 2 électrons correspond à  une oscillation des électrons entre 4 positions, que j’ai appellé « une réciprocité » ou réciprocité-4 ou ®:

                                                                                                              

 

2.     « dédoublement » autour de l’axe 1-1

 

Si on considère que 2 est une superposition-somme,  2 se dissocie .

Le schéma ci-dessus se lit  de haut en bas en 2 étapes : 1 = 1+1, puis 1+1 = 1.

La dissociation est suivie d’une superposition.

 

Ce double mouvement est celui qui crée l’évolution par pas successifs :

 

                                                  

  Chacun des niveaux de l’évolution est Unité et superposition des niveaux précédents…

Ils se succèdent donc :

1

1 = 1+1  = 1

1 = 1+1+1 = 1

1 = 1+1+1+1  = 1 

1 = 1+1+1+1 +1 … = 1 

(J’avais appelé cette dissociation de l’unité :  « dissociation paradoxale »)

 « A la fin » tout serait dissocié , « quantifié », et à la fois, uni par la superposition qui crée la Continuité.

 

                                                            

Ces 2 visions réciproques et extrêmes, ont créé la physique classique et la physique quantique.

Les 2 formes existent à la fois , leur superposition s’écrit : 

                                                                                          

 

Ainsi se crée l’Unité

 

 

Le tableau initial peut-il se prolonger par une autre soustraction pour découvrir la source du SPIN… ?

 

Suite               OR-igine

 

00003-Chapitres