Le lien primordial de la Grande Unité : le couple (@,φ )

 
1er septembre 2010

 

 

 

 

C’est en voulant calculer le logarithme du Nombre d’Or , que j’ai reconnu  « @ , l’alliance » que le Cercle m’avait fait découvrir :                    

 

La  fonction inverse du logarithme à base 10 est la puissance de 10 : 

 

              en calculant cette valeur, je reconnais une valeur approchant le nombre @ auquel m’a amené « la théorie de la réciprocité » : 2@  = 4/3 

 

La « complétude du logarithme » était la cause  ou  prouvait l’existence d’une boucle fermée, qui serait le cercle puisque il en découle les fonctions trigonométriques.

Il semble alors normal, que les 2 valeurs trouvées par 2 méthodes relatives , soient des valeurs numériques approchées  dans 2 approches différentes de l’absolue perfection du nombre @.

Cette perfection s’écrit donc d’une deuxième façon :

          et par suite , par multiplication par les puissances de 10 ::

Le Nombre d’Or, construit alors le système décimal et son unité 10 :  

origine

                                                                

                                                  

log@ est « l’origine qui nous manque » , qui représente la perfection boucle du Cercle, qui nous a permis de définir @.

 

« Les 8 premiers » sont le UN  , ou la « Belle Parité » 2 dans sa Réciprocité 4  (théorie de la réciprocité)

La « complétude du logarithme » les définit comme les 8 fonctions trigonométriques qu’elle fait apparaître :

                                                     sin et cos , avec  san et can (sina et cosina, réciproques de sinus et cosinus)

                                                     sh et ch  , avec sp et cp ( fonctions paraboliques réciproques)

Les 8 premiers  peuvent être aussi les 8 trigrammes duYi-king dans une autre vision ou même le couple imaginaire (i,-i)

 

Le logarithme, peut être défini comme le paradoxe originel.

Son existence définit  le 10 ( 9 + 1 le contenant) qui sera sa base, et l’unité décimale 10 =1.

A l’intérieur du contenant , les 9 , somme des 8 premiers et du  « ZERO Absolu » : φ le Juste milieu  ,  sont le « 9 de la preuve » : le « ZERO protomathématique » 

                                                               

 

A l’origine absolue, le nombre et son logarithme se confondent log@ = @  : ce qui  a permis  d’écrire   log10 = 1   log1 = 0 

 

                                                                  

L’unité décimale peut alors être représentée :

                                                                    

   (le symbole @ prend tout son sens de Grand Contenant Cercle)

 

                 ce  qui traduit l’échange :

 

                                                                              

 

Toute égalité mathématique que nous traduisons par le signe  « = » est ainsi une « Unité de Réciprocité »  que je symbolise par ®

On peut écrire simplement

                                 φ = @    ou     (φ, @, 0, 1) = ®   

                              C’est l’expression de la parité dans le couple (φ , @)   

Ce couple (φ , @) , peut être vu comme 2 opposés dont l’union assure le lien entre les 8 premiers et le système décimal,  ou le lien entre le système décimal et le système hexadécimal.

                                                          

La suite des nombres commence par un double zéro qui exprime « le décalage » de notre zéro relatif. :

 0 , 0 , 1 , 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10….  Ces 2 origines zéro sont φ et @

On peut considérer la boucle cercle fermée qui leur a donné naissance : φ et @ en sont les 2 extrémités. 

  φ et @: apparaissent en tout point du cercle quand celui-ci s’ouvre

  Chaque point peut être considéré comme un point G ou « point Glue » qui les unit :

 

                                                

L’ égalité G = φ + @ est aussi la dissociation paradoxale d’un point UN , en un couple d’opposés réciproques   :  UN = 1+1

Nous avons l’habitude de voir seulement la deuxième moitié, l’autre sens que nous traduisons par   1+1 = 2

 

Dans une vision nouvelle,  G apparaît comme le ZERO, Origine  double-commune à 2 suites de sens opposé, qui s’enroulent sur le cercle :

                                                            

Le parcours complet de la boucle dans les 2 sens , conduit au 2=1+1, qui sera le nouveau départ : c’est la première origine relative, que nous appelons « zéro », notre zéro.

Alors , pour ce nouveau zéro  relatif , le départ  « 1 »  = 3

        3 sera l’Origine du « relatif Absolu » qui naît de la double  Origine Absolue ZERO, qui est la parité du couple (φ, @) ou la réciprocité (G, φ , @, 2 ) = ® :

 

                                                                                              

                                             

Ce lien originel est le lien de l’ordre premier, ou  lien primordial de la Grande Unité.

 

 

Suite               OR-igine

 

 00001-Chapitres