04/04/2013

Quarks et Couleurs

 

Dans le chapitre précédent j’ai montré que le modèle standard pouvait se limiter à l’étude des 6 quarks.

Neutrino, quarks et leptons sont des visions différentes de la même réalité :

 

Nous allons préciser la nature des quarks :

Le modèle Universel décrit la réciprocité spin- matrice-éclaireur :

Ici  sa représentation montre que l’éclaireur est équivalent à un spin (u, d) : dissociation de l’Origine en un quark u et un quark d , et à la réciprocité de ces 2 quarks représentée par la matrice (u,u,d,d)

(Il est probable que les physiciens donnent un autre nom à la vision de ces 2 particules liées)

Il y a alors 12 états :

La matrice peut prendre 6 formes :

Les 6 formes de la matrice seront vues comme  les 6 quarks.

Les 6 antiquarks, dessinent la forme réciproque de l’éclaireur :

( je parlerai de forme « anti » et forme  « pro »  pour parler des réciproques par la suite)                                                                  

Chacune des 6 matrices ci-dessus correspondent à 12 couples ( lecture horizontale, haut et bas)

Je les dispose sur le symbole de l’Alliance (pro et anti) :

(on remarqura l’analogie avec le même symbole utilisé pour la famille Humaine,- on a inversé 1 couple-…)

 

 

 

Le lien « pro-anti »est assuré par les matrices mixtes « pro-anti » , qui se complètent :

 

On a ainsi 8 matrices qui seraient  la vision dans le modèle standard des 8 gluons  ( « les 8 premiers » que j’ai toujours rencontrés)

Ils assurent la cohésion entre la réciprocité pro et anti du couple (u,d) .

Ils expriment aussi  la réciprocité des couples (u,u) et (d,d)

 

Pour résumer :

                                                                                            

 

On peut voir autrement :

 

 

Le lien pro-anti du couple (u,d) se fait par un  mouvement dans les 2 sens (visible ci-dessus en couleur).

C’est le Twist qui réunit les  2 formes pro et anti de «  l’Alliance ».

 

 !   les 2 formes sont intégrées en une seule, il n’y a plus de «  pro et d’anti » :  c’est l’endroit et l’envers en un seul mouvementc’est l’Alliance qui met d’accord les pros et les antis !

 

Ceci peut s’exprimer par « la mathématique des couleurs » qui s’amorce ici :

Dans la forme éclaireur (ci-dessous), on voit les deux liens qui étaient perpendiculaires précédemment.

Il s’y ajoute un double lien croisé , qui unit le haut et le bas :  (up et down)

 

C’est ainsi que je verrai alors les 6 quarks dans 6 couleurs différentes :

Apparaissent 2 nouvelles couleurs, respectiement superposition des 3 couleurs du haut, et du bas.

En haut comme en bas, on a donc 4 états

On peut voir les 6 quarks comme le lien d’un quark  «  U » et d’un quark « D », chacun pouvant prendre 4 couleurs : (c’est le spin représenté au début du chapitre).

 

La superposition de ces 4 couleurs, est une cinquième  ( je représente ci-dessous) :

On forme donc 2 nouvelles couleurs

Les 6 quarks pourraient donc donc être vus comme une une paire de 2 « particules »,  que je représente avec « la symétrie 5 » : (superposition de 5 états).

Les connait-on en physique ?

  

 

   (Cette symétrie 5 est la notre, et j’ai pu d’abord commencer à développer la mathématique des couleurs dans la partie « métaphysique »  (antropomorphique) de mon travail).

 

Hypothèse : « Belle » et « Babar »  le couple de particules … dont on ne connait pas la symétrie…?

                                                                     

 

(Au niveau « humain » ou par analogie-réciprocité, on verrait alors la relation du Grand Amour)

 

Le quark de la physique contemporaine et ses 3 couleurs

                     Les 3 couleurs semblent une vision incomplète…

        

                    

Paradoxalement, c’est la vision intégrante  des 2 visions qui déchirent actuellement la physique.

Elles son ici  unifiées :

Le quark est vu comme quantifié en 3 couleurs (ici, à gauche en haut) et « continu : un », comme superposition des 3 couleurs (à gauche  en bas).

Ce qui donne 4 états : un contenu quantifié (3), la quatrième couleur étant le contenant continu.

 

Sur la représentation suivante, ci-dessous :

   - à gauche : un twist montre que chacune des couleurs peut représenter le quark ( position du « Juste Milieu » : c’est aussi ce que j’ai appelé l’état de superposition).

On a en effet 4 états qui deviennent équivalents : c’est la condition de « la réciprocité ». 

 

Juste Milieu ou Grand Contenant

 

- à droite : c’est la représentation du contenu quantifié et du contenant continu        

- le Twist entre les 2 visions , montre que l’Origine peut être vue comme état de superposition (convergence) : « le Juste Milieu »

                                                                                                  ou comme « Grand Contenant » : la « superposition des états », produit une explosion de leur nombre et la divergence.

(L’état maximum est alors une somme infinie qui apparait continue…)

 Le Twist est Origine : source de 2 mouvements opposés qui :

                                                                     - par convergence donne l’état de superposition : « le Juste Milieu » qui sera ensuite l’état initial

                                                                     - par divergence donne la superposition des états, somme infinie, Tout… qui donc Tout contient : « Le Grand Contenant ».

La somme infinie des états devient un Tout continu… ( la vision couleur, montre la somme infinie comme « Transparence »)

 

Les 2 mouvements étaient vus ci-dessus comme 2 rotations en sens inverse

On verra maintenant une contraction vers le centre et une dilatation vers l’extérieur, mouvements bien représentés par « la salière ». (Ils peuvent être accompagnés de réciprocités de 4 couleurs)

Ces mouvements illustrent  la notion de Juste milieu et de Grand Contenant

 

Couleurs et Mouvements

 

 

                                                           

 

Mathématique des couleurs :

       Les 12 couleurs sont 6 couples :

 

 

Ils peuvent s’associer par 4 en réciprocités ( matrices).

                                    par 6  en un couple d’éclaireurs, c’est la dissociation première de l’origine en contenu et contenant.

 

Dans une approche « métaphysique » de cette mathématique, que je n’ai pas reportée ici,ma compréhension donnait le tableau suivant :

 

      

 

 

                  

Suite               OR-igine

0004-chapitres