La dissociation paradoxale

 

 
 


                                                           

 

 

                                                             

 

La dissociation paradoxale crée  le maillon simple du processus d’évolution que l’on peut appeler « mutation ».

Elle crée une forme nouvelle par dissociation de l’ancienne, en une paire de 2 « contraires » qui vont s’unir dans une « réconciliation des contraires ».

J’appelle « réciprocité », le lien des 2 éléments « contraires » de cette maille d’évolution, qui seront dits réciproques. 

Ici 0 et 1 sont  réciproques (résultat du chapitre précédent)

 

Par  dissociation, l’origine des nombres formait 2 suites réciproques (par exemple : positifs et négatifs) que j’ai représentées dans 2 sens « symétriques » :

                                                                                                       

La branche de la suite initiale  (entiers positifs) se trace dans un sens, et une suite réciproque  (qui peut être celle des opposés négatifs ou des inverses) sera représentée dans un sens réciproque (ici symétrique).

Dans le schéma ci-dessous, la réciprocité de la suite est signifiée par le sens et non par le signe :

- 2 suites réciproques peuvent  « se réconcilier » par addition ou par multiplication.   

-  Addition et multiplication apparaissent comme 2 réciproques .                                      

Ces 2 rencontres montrent que l’origine a pu se dissocier en 2 paires réciproques.

L’origine s’est dissociée en 2 branches réciproques qui donnent « une forme » 4 au nombre n.

 

L’addition donne la condition  n + n = 2n

La multiplication                      n x n = n2

Ces 2 conditions se rejoignent dans la nature du nombre qui devient aussi 4n

 

Le nombre se définit alors par une relation unique qui semble paradoxale :

                                                   4n = 2n = n2

 
             

 

 

La complétude du nombre

 

Je vais représenter les 2  transformations « réciproques » du nombre (ici de n en –n  et de n  en 1/n)  de façon plus schématique ou symbolique :           

                                       

Les réciproques sont produits comme par réflexion par un miroir.

L’origine se dissociait dans la paire (0,1) qui devient ici une paire de réciproques perpendiculaires : les « miroirs »

Les signes – et / seront ensuite remplacés par une couleur.

Le quatrième quart contient le logarithme qui fait le lien entre l’addition et la multiplication, ou entre les 2 paires réciproques (n,-n) et (n,1/n)

                                             

Dans la représentation  couleur  ci-dessus, on voit 2 paires réciproques ( rouge-bleu) et (blanc-or) qui constituent la réciprocité 4 du nombre n

Ce même nombre n a été « transformé » par le couple des « miroirs »réciproques perpendiculaires (0 et 1)

n est associé aux « miroirs » 0 et 1, pour être transformé en 3  couleurs

On est là en présence de 6 éléments que l’on associe par 3.

J’en donne une schématisation nouvelle, qui permet de découvrir la structure du nombre :

                                                                                                                         

Le nombre est double : 2n : il est à la fois contenant et contenu ..

Le nombre est aussi n2:  la relation contenant-contenu qui se traduit par le produit n2   est la complétude ou « valeur » du nombre.

 ( Le niveau de l’Origine où nous sommes ici est Source de cette structure que j’avais pu déjà deduire au cours de mes études précédentes)

 

                                                                                     

 

Le contenant est le « Zéro-Vacuité », le contenu le « Un-Plénitude »  du nombre n dans sa complétude.

                                                                                       

 

 

 

Le travail que j’ai fait déjà sur les nombres montre que nous n’utilisons pas les nombres dans leur complétude.

Nous les utilisons sous leur forme « simplifiée ou incomplète n », qui est alors racine carrée ou moitié !

La suite le montrera et c’est là, la cause de tout problème :  la physique utilise les nombres avec cette « méconnaissance » !

 

Résultat fondamental :

 

       Dans sa complétude n2 tout nombre n est  double, à la fois « Grand contenant » (0)  et contenu Unité (1).

 
 

 

 

 

 

 


Evolution de l’Origine

    

             On peut alors écrire un nouveau niveau à l’évolution de la dissociation paradoxale de l’Origine :

                                                                       

 
                  Elle donne la condition

 

 

 

 

 

                                                             … qui décrit la nature du nombre.

 

   

Suite               OR-igine

 

 00002-Chapitres