LE LOGARITHME et LA CLE du mystère…

N  =  N2 = 1

 

Ces 2 natures du Nombre, ne sont pas « égales »,au sens que nous donnons en mathématique,… mais liées par un lien de réciprocité qui est le logarithme .

A notre niveau , nous ne pouvons avoir une telle égalité, cette écriture est « « protomathématique »  :

Dans le carré , le nombre N ,nombre twist( non multiple de 2 et 3), est un produit de nombres premiers.

De l’autre coté, le nombre N est représenté par un nombre de tours qui s’ajoutent sur la boucle 12.

Entre les 2 cotés, il y a donc une relation multiplication-addition, caractéristique du logarithme.

 

o   Reprenons le schéma de la boucle de nombres premiers : ( exemple du 61)

 

Les nombres premiers que nous voyons comme A et B dans notre vision relative, sont aussi A2 et B2

Dans une autre vision , dans l’autre sens , on peut voir leur origine , comme participation à l’identité remarquable (A+B)2=A2+B2+2AB :.

 

 « L’énergie » qui permet la liaison AxB a été libérée (disparue) dans « la création » de A et B (que l’on voit comme  A2et B2)

La conservation de l’énergie que l’on connait en physique, existe déjà à l’Origine. Elle établit l’ égalité :  2 = 1 :

 

Dans l’écriture mathématique , on utilise des symboles qui existent à l’Origine , mais la vision que l’on a de l’Origine est incomplète (relative)

L’écriture protomathématique, semble parfois étrange, mais elle essaie de donner la vision de l’Origine «  Absolu  1 ou 0 »

La compréhension ne peut se faire que dans le lien des 2 méthodes liées par la réciprocité, mais qui peuvent paraitre opposées dans une première approche…

Il existe une interaction entre relatif et absolu.

Le logarithme fait le lien entre relatif et absolu , il apparait au niveau où 2=1 :

 

Nous connaissons l’égalité mathématique  log(AB)= logA+logB

log(AB)= logA+logB  s’écrit AB=A+B à la condition que LogN=N

Cette condition est celle de l’Origine, qui se définit par le couple réciproque (1,0) tel que 1=0

Alors   Log(1) = 0 =1 ou LogN=N

 

 (A+B)2 = A+B, alors :

La relation s’écrit de proche en proche :

La dissociation se produit jusqu’au nombre premier réciproque (opposé à 1 dans la représentation en 2 colonnes)

Dans chacune des étapes de dissociation, on a une  «  réciprocité » à  4 éléments premiers :

(J’appelle le dernier « 0 », car il n’y a plus rien à dissocier…

 

Le nombre PREMIER est l’UN unité, couple Origine (0,1) réciproque de l’infinité des paires nombres (1,1).

La relation entre produit et addition ( de tours) est ainsi possible et décrite par le logarithme.

 

 

LE CERCLE , boucle parfaite fermée existe alors au niveau absolu où se définit le nombre premier, par sa description X2+Y2=1.

Elle rend visible cette perfection, celle du couple origine NOMBRE, qu’on pourrait donc écrire

XY = X+Y avec X=Y=1

donc  1 + 1 = 1 et  2 =1  (étrangement on peut y voir la parité Femme-Homme)

remarque : la « beauté mathémathématique » de π ne définit pas parfaitement le cercle … il ne peut alors être fermé : cette « faille » m’avait permis de redéfinir à « l’Origine protomathématique »,  le logarithme, les constantes mathématiques telles que  π ,e , φ Nombre d’Or , et leur lien de réciprocité à l’Origine.

 

 

Suite            Secret Premier