Le lien entre 1, 5, 7, 11 

 

(Ces nombres sont apparus avec les nombres premiers)

La représentation carrée du nombre et l’unité 6  semblent établir la base première du nombre.

Une descriptions schématique carrée, utilisant l’unité 6 , permet de décrire ce lien.

Dans chacun des 4 carrés suivants , on peut voir la présence de  4 unités 6 en mouvement :

 

               Le lien de ces 4 unités traduit ce que j’appelle « réciprocité »

 1+5+7+11 = 24  (lorsque l’on compte dans  notre numération habituelle)

                         -Le nombre peut être représenté par de petites quantités carrées : les kara, que l’on ajoute pour former des longueurs

Alors  1+5+7+11 =  24 kara = ® 

        -Le nombre est aussi représenté par son carré : alors dans une  numération première chacun des nombres s’exprime en unités ®

               On écrira alors : 1+5+7+11 =  24 ®

                         La relation particulière de ces 4 nombres semble paradoxale : elle entraine la condition  1k =1®  ou 1 = 24.

On écrira la réciprocité sous la forme du quaternion (1,5,7,11) = ®

De la même façon on aura  (6,6,6,6) = ®

Ces 2 quaternions premiers sont à l’origine de la réciprocité quaternion qui définit notre numération  (1,2,3,4) = ®

 

·         Dans un mouvement de dilatation entre 1 et 5, 4 unités 6 en « réciprocité » créent le lien de réciprocité de 4 carrés 7, puis de 4 carrés 11

          

                              

·         Dans un mouvement de contraction entre 1 et 5, elles créent le carré 11 et le carré 7.

C’est le lien de réciprocité des carrés 1 et 5

 

                                                                   

Chaque carré 1 est ainsi  lié à 4 carrés 5 et réciproquement un carré 5 est lié à 4 carré1.

                  

Ce lien de réciprocité des carrés 1 et 5 créé par le mouvement de l’unité 6 peut se représenter dans tout l’espace :

 

  

Les carrés qui sont représentés en blanc, constituent le lien : il sera étudié mathématiquement  . Cette « énergie de liaison » est le lien-chevauchement des unités 6 en mouvement : elle peut sembler ici « manque »)

 

·         A la réciprocité des   unités 1 et 5 , se superpose la réciprocité  des unités 7 et 11.

 On notera, paradoxalement, la présence en équilibre des unités 6 dans un carré 3x3 (type « sudoku ») :

Chaque carré 7  est ainsi  lié à 4 carrés 11 et réciproquement un carré 11 est lié à 4 carré 7.

 

·         D’autre part s’ajoute un autre lien interne à l’unité 11 :  celui de la réciprocité- mouvement  de 4 unités 7 qui se chevauchent:

Par ce mouvement se formera ainsi la réciprocité des carrés 3 et 4 :

Chaque carré 3  est ainsi  lié à 4 carrés 4 et réciproquement un carré 4 est lié à 4 carré 3

 

CONCLUSION :                                

L’espace est la superposition  des réciprocités carrées :  ( 1x1 :  5x5 )   /   ( 3x3  :  4x4 ) créees par le mouvement vibratoire des unités 6                                                                                                                                                              

 

 Cette description semble être la base de simplicité de la structure universelle, structure vibrante, existante avant tout nombre qui aura pour conséquence l’apparition des nombres premiers, puis de notre numération.

 (  Je rappelle que cette structure a été déduite , en partant «  en sens inverse », à partir de l’étude des  nombres premiers)

 

On peut noter que la relation du triangle de Pythagore, en est une représentation, il apparait alors comme symbole de Parfaite UNITE, dans sa réciprocité 4.

La suface de 4 triangles est (3x4) x2 = 24 : unité de PERFECTION  1= ®

 

 

SUITE               ORIGINE

 

00005-CHAPITRES