Synthèse :

  Les nombres premiers et l’origine de la  structure numérique  0,1,2,3,4,5,…..

 

 

Résultat :       (illustré puis expliqué ci-dessous)

La série numérique que nous utilisons , correspond à 2 structures cohérentes décalées par la nature double du zéro Origine .

  -La première est basée sur l’unité 6.

  -La deuxième met en cohérence le nombre et son carré :

 

J’explique pas à pas la construction ci-dessus : (des liens permettront de se reporter si besoin aux chapitres de mon étude, qui ont conduit à ces résultats.)

1.      Les nombres sont construits avec une unité 6 :

Cette unité que j’appellerai   1 est représentée dans le schéma suivant par  la dimension de 6 carreaux), 2 par  2 unités =12 carreaux… : c’est la représentation usuelle que nous avons des nombres :

       

2.      Dans la suite numérique, chacun des nombres inclut le précédent, ou s’ajoute au précédent (comme une longueur de corde) :

Je représente, ci-dessous,  « la corde » qui ajoute les nombres en série :

     La corde aura « un bout », matérialisé par la longueur 0 ,( la plus petite longueur qui correspond à la dimension 1 du carreau)

L’extrémité du bout est l’Origine (point de départ sans dimension)

- La longueur de la corde tiendra compte d’abord  de la longueur du bout:

     J’obtiens alors la série 0,7,19,37,61…par addition des longueurs, qui représentent les nombres 0,1,2,3,4…

 

- Puis on tient compte aussi de l’extrémité , de la façon suivante :

L’étude des couches spdf des atomes m’a amenée à considérer une deuxième somme-inclusion ( c’est ce que j’ai appelé « superposition » : 

 Cette somme est  un deuxième niveau où chacun des nombres de la série 0,7,19,37,61… obtenu ci-dessus s’ajoute au précédent : comme au premier niveau, le zéro ( « origine sans dimension »,ici), est compté « 1 »)

Par cette deuxième addition , j’obtiens la série 1, 8, 27, 64, 125… que je reconnais comme la série des cubes ou puissances 3 des nombres 1, 2, 3, 4, 5

Ces 2 sommes-inclusion sont représentées sur le schéma :

J’ai écrit ensuite les puissances 3, en somme de puissance 2, pour obtenir la beauté-cohérence du schéma de présentation , au début de la page :(je le reproduis ci-dessous.).

(la cohérence exigera  que 2 (23= 2x22= 8) corresponde au 1 qui était défini au départ, comme unité 6 ) :

Donc    2 = 1  et   1 = 6

 

On obtient donc 2 séries décalées ,

je pourrais cependant les appeler : série N2 et série 6N .

J’avais trouvé de même la relation de la série N2 et de la série 4N

Par l’intermédiaire de la série carrée, il y aura la relation  série 4N /série 6N  qui est  Cause de la relation importante MATRICE-4/ECLAIREUR-6

 

Le décalage met en évidence l’existence de 2 origines :

Je pourrais parler ici d’une origine Absolue, et une origine relative.

Je les ai respectivement représentées par le « point de départ » de la corde et par l’extrémité  matérielle  ou « bout » de la corde.

Il semblerait que les nombres existent par leur carré dans la structure d’origine absolue, et sont représentés par l’unité 6 dans la structure relative.

         (Les 2 possibilités existent à la fois dans un niveau « intermédiaire », ou plus complet puisque pour nous il paraitra comme la présence de l’Absolu dans notre Relatif.

J’appellerai ce niveau nouveau : « le Relatif Absolu », étudié dans un prochain chapitre)

 

3.      Cette corde s’enroule sur une boucle à 12 points, à partir de l’origine « Absolue » (représentée par 0). (les nombres dans cet enroulement  12, ont fait apparaitre les nombres premiers)

Cet enroulement peut se faire dans les 2 sens.

L’origine 0 , que j’ai appelée « relative », existe donc dans les 2 sens, elle est double..

 La  distance entre chaque point, correspond à la distance « 1 » : 

 

Les nombres de la série numérique, que nous avons décrits ci-dessus : 1,2,3,4,5… se retrouvent, en 4 positions de la boucle.

A  partir de l’origine 0, ces 4 positions peuvent être repérées « de façon familière » par les nombres (1 ,5 ,7 ,11).

Ces positions sont les positions premières  et définissent ce que j’appelle le «  quaternion premier » : (1 ,5 ,7 ,11)

4.      Le « quaternion premier » : (1,5,7,11) , permet de trouver les   «  nombres premiers » : (rappel du tableau obtenu ci-dessous)

Si on enroule nos nombres sur «  la boucle à 12 points », les positions (1,5,7,11) contiennent les nombres premiers .

Ils se répartissent ainsi dans 4 colonnes :

 

 

*Comment trouver un nombre premier ? : le crible paradoxal donne la liste des  nombres premiers.

 

SUITE         ORIGINE

 

 00005-CHAPITRES